Les 4 grandes étapes de la recherche d’un stage d’été

template image blog - bannière

A l’approche de l’été, les étudiants sont de plus en plus nombreux à rechercher un stage. Obligatoire ou non, ces stages revêtent une importance cruciale pour les étudiants en quête de réponses sur leur avenir professionnel. De plus, certains recruteurs les considèrent comme des pré-embauches et seront donc très vigilants sur le choix du candidat. Grégoire Berthier, Directeur emploi de Vivastreet, le n°2 des sites de petites annonces et leader de l’emploi de proximité, nous livre ses conseils pour préparer au mieux ses recherches.
Avant de se lancer dans les recherches il convient de définir les objectifs recherchés dans le stage.

1. Bien définir son projet pédagogique

Les stages d’été doivent permettre de mettre en application voire de parfaire des connaissances théoriques. Choisis en cohérence avec la formation suivie, ils sont extrêmement utiles aux étudiants dans leur orientation et leur permettent d’être plus opérationnels pour affronter le marché du travail. A quoi ressemblerait mon stage idéal ? Pour répondre à cette question, qui posera les bases du projet pédagogique, les candidats devront définir les compétences qu’ils souhaitent mettre en pratique ou développer, et les secteurs d’activité qui les attirent. Plus le projet sera précis, plus la recherche sera ciblée et plus le stage correspondra à leurs attentes.

Grégoire Berthier conseille : « Je recommande généralement aux candidats de ne postuler qu’aux offres qui correspondent précisément aux critères qu’ils ont définis. Néanmoins, dans certains secteurs où les offres sont rares, cela pourra être handicapant et fermer la porte à des opportunités insoupçonnées. Il faut trouver un juste équilibre

2. Préparer un dossier de candidature percutant

En période pré-estivale, les recruteurs sont souvent submergés par les candidatures, ils ne peuvent passer que quelques secondes par CV et lettre de motivation. Ceux-ci doivent donc, de la façon la plus claire, concise, et précise possible, montrer qu’il y a une cohérence entre le projet pédagogique et le profil recherché par le recruteur. Le dossier doit être assez percutant pour se démarquer et donner envie au recruteur de rencontrer le candidat. Ce dernier ne doit pas hésiter à s’encenser et à valoriser ses autres expériences. Dans les secteurs très concurrentiels, certains candidats utilisent la vidéo pour présenter de manière créative leur profil et leur projet. Pour les recruteurs, cette démarche est une preuve de motivation et d’esprit d’initiative, deux qualités très recherchées.

3. Se servir efficacement de tous les canaux de recherche

Une fois le projet de candidature prêt, il faut identifier les canaux qui permettront de contacter les recruteurs. Pour avoir accès aux offres, les meilleures plateformes sont les sites spécialisés ou de petites annonces tels que Vivastreet qui compte quelques milliers d’offres de stage chaque été. Les réseaux sociaux sont également de plus en plus utilisés par les entreprises. Il ne faut pas non plus oublier les salons professionnels, les organisations étudiantes, les anciens élèves, les professeurs et surtout ses propres relations. Parce qu’une offre de stage reçoit une multitude de réponses, il est conseillé de privilégier les candidatures spontanées pour lesquelles il faudra sélectionner en amont les entreprises ayant un service correspondant aux attentes du candidat et cibler la personne la plus susceptible de traiter la candidature.

4. Bien préparer ses entretiens

Lorsqu’un entretien est obtenu, le candidat doit encore prouver au recruteur que ses compétences peuvent être utiles au sein de l’entreprise. Il doit pouvoir transformer le manque d’expérience en atout en mettant en avant ses passions, ses expériences associatives ou ses jobs à l’étranger. L’enjeu est de démontrer son autonomie et sa motivation. Il faut cependant rester vigilant sur les termes de la convention de stage et notamment sur la gratification. Une indemnisation est obligatoire pour tout stage dépassant deux mois. A défaut de convention de branche ou d’accord professionnel étendu, la gratification est égale à 15% du plafond horaire de la sécurité sociale, soit 3,75 €/h. Pour 81% des utilisateurs de Vivastreet ce montant est insuffisant .

Grégoire Berthier, ajoute : « Les stagiaires sont souvent mieux rémunérés dans les grands groupes mais leurs missions resteront assez limitées. Dans les petites structures à l’inverse, s’ils sont souvent indemnisés au minimum légal, les tâches confiées sont plus étendues et l’expérience professionnelle plus enrichissante ».