La formation professionnelle : 32% des sondés pensent que c’est le meilleur moyen pour retrouver un emploi

template image blog - bannière

L’économie française affiche de véritables signes de reprise de son activité. Néanmoins sur le front de l’emploi, la courbe tarde à s’inverser. Pourtant divers solutions existent pour retrouver le chemin de l’emploi : suivre une formation, faire de l’intérim, changer de secteur d’activité ou créer sa propre entreprise. Selon un sondage réalisé par le leader de l’emploi de proximité, Vivastreet, un tiers des sondés pensent que suivre une formation professionnelle est le meilleur moyen pour retrouver un emploi.

La formation professionnelle : la solution privilégiée pour retrouver un emploi

Le nombre de personnes sans activité inscrites à Pôle emploi a augmenté de 22 300 en août. Une véritable désillusion, alors que certains indicateurs sont repassés au vert. Cependant pour retrouver un emploi quand une personne ne trouve pas les solutions demeurent. En effet, selon une étude réalisée par le numéro 2 des sites de petites annonces, Vivastreet, 32% des sondés pensent que le meilleur moyen pour retrouver un emploi est de suivre une formation professionnelle. Pourtant les 32 milliards alloués en 2016, à la formation professionnelle font débat.En effet, selon les estimations près des deux tiers du budget sont à destination « des actifs occupés », alors que les jeunes et les demandeurs d’emploi sont ceux qui profitent le moins de ces formations en France.

L’intérim : la solution pragmatique et rapide pour retrouver un emploi

Pour les personnes éloignées du marché de l’emploi depuis de longs mois, voire depuis quelques années, le secteur de l’intérim apparaît comme la solution la plus rapide pour retrouver une activité, même réduite. Si le secteur a enregistré une légère baisse au 1er trimestre 2017 du nombre d’intérimaires , le volume de travail temporaire reste en hausse de 11 900 équivalents temps plein. Cette forme de contrat de travail arrive second dans l’étude de Vivastreet avec 27%.

Capture

Julien André, Directeur emploi chez Vivastreet : « Lorsqu’on est au chômage et que l’on ne trouve pas d’emploi, il est important de bien étudier toutes les options qui s’offre à nous. Suivre une formation est sans doute la solution qui apparaît comme la plus évidente. Mais une réorientation de carrière peut également être une alternative à envisager. Enfin l’intérim est un bon moyen de garder un pied dans le marché du travail tout en se laissant la possibilité de retrouver un CDI par cet intermédiaire. »


Un tiers des sondés au chômage intéressés par le fait de créer leur entreprise d’ici moins d’un an

Avec un taux de chômage avoisinant les 10%, il n’est pas étonnant de voir de plus en plus de demandeurs d’emploi créer leur entreprise. Ainsi selon l’enquête de Vivastreet, 33% des sondés au chômage sont intéressés par le fait de créer leur entreprise sous un an. Un chiffre qui démontre une belle dynamique et une véritable envie des français de tenter l’aventure de l’entreprenariat.
Julien André leur rappelle : « Quand un demandeur d’emploi souhaite créer son entreprise la première chose qu’il convient de faire est de prendre rendez-vous avec son conseiller Pôle emploi. Ce dernier pourra le conseiller quant à la marche suivre : comment faire pour créer mon entreprise ? Dans quels cas ai-je droit à l’Accre ? Puis-je cumuler mes allocations chômage et mes revenus d’auto-entrepreneur ? Mais le plus important à retenir c’est qu’il ne faut pas avoir peur de l’échec. Une expérience comme l’entreprenariat n’est jamais vaine. Elle est toujours formatrice et peut être valorisée sur un CV le cas échéant. »