Réussir son premier achat immobilier : 5 réflexes à éviter

Achat immobilier

Lorsque que l’on souhaite faire un premier achat immobilier, plusieurs critères entrent en ligne de compte : le prix, la superficie ou encore l’emplacement. Pour les primo-accédants, novices en la matière, il est aisé de se tromper et de regretter rapidement son achat. Certaines attitudes restent encore très ancrées chez les acquéreurs et des pièges peuvent être facilement évités quand on cherche la perle rare.

 

Ne pas définir et cadrer son projet

Pour beaucoup, la recherche immobilière rime avec visites à tout bout de champ sans grande réflexion au préalable. Toutefois, c’est avant même de commencer sa recherche qu’il faut se préoccuper de son projet, afin d’éviter les pertes de temps et les déceptions. Décider de ses besoins et envies de départ en listant ses impératifs est primordial : appartement ou maison, neuf ou ancien, proximité des transports en commun, etc. Exemple de pratique déconseillée : vous décidez de déménager dans le sud, au soleil, sans même penser à toutes les saisons (hiver comme été).

Evaluez ensuite votre apport personnel : combien êtes-vous prêt à investir ? Une fois ce point déterminé, la capacité d’emprunt entre en jeu. Rendez visite à votre banquier ou à un courtier pour établir une première estimation du montant possible de votre prêt. Vous serez donc certain que votre crédit vous sera accordé en amont, sans perte de temps et d’argent en cas de refus.

 

Se précipiter au premier « coup de cœur »

Avec votre liste de priorités établie, vous savez désormais ce que vous voulez. Il est temps de commencer la recherche et les visites. Après seulement quelques-unes, vous avez un coup de cœur. Attention à un enthousiasme débordant qui peut vous faire manquer d’objectivité sur les défauts du logement, du type grande cuisine et salon microscopique ou DPE « négatif » entrainant des dépenses énergétiques colossales.

Il est indispensable de comparer plusieurs logements afin de dénicher celui qui correspond le plus à vos besoins. La multiplication des visites vous permettra de repérer facilement les atouts et les imperfections d’un bien immobilier.

Il est tout à fait possible d’avoir un coup de cœur et de ne jamais le regretter. Dans ce cas, ne bâclez par le processus de négociation, qui se doit d’être long et complexe. Si vous hésitez encore, pesez le pour et le contre et continuez dans le même temps à explorer. Pour vos prochaines visites, n’hésitez pas à ouvrir les placards, à poser toutes vos questions au propriétaire ou encore à vérifier la plomberie. Entourez-vous de votre famille et de vos amis, éventuellement connaisseurs de l’immobilier : objectivité garantie.

 

Oublier les travaux et les frais annexes

Un bien ancien nécessitant des travaux est souvent moins cher qu’un bien rénové ou neuf : vous pouvez donc songer à faire de bonnes affaires. Mais pour cela, vérifiez tout d’abord que les travaux à réaliser ne se révèlent pas être un gouffre financier.

Beaucoup les sous-estiment et n’imaginent pas leur ampleur. Afin d’éviter toute mauvaise surprise, accompagnez-vous d’un expert du bâtiment ou d’un architecte lors de vos visites. En plus des travaux éventuels, certains frais passent souvent à la trappe.

Les acquéreurs ne réalisent pas toujours le coût qu’implique un achat immobilier. Etudiez au préalable les frais d’acquisition (frais de notaire, d’agence immobilière, de dossier pour le financement), et les frais supplémentaires tels que la taxe foncière annuelle, les frais de copropriété et d’entretien notamment. Vous serez alors à l’abri d’un ravalement de façade ou d’une rénovation de l’ascenseur surprise.

 

Se lancer sans étudier le marché au préalable et sans penser à la revente 

Projetez-vous : dans le présent et dans le futur. Imprégnez-vous du quartier, de la ville, des offres et des prix pratiqués. Plusieurs questions se posent : Y-a-t-il beaucoup de biens similaires à mes besoins à vendre sur le marché ? Se vendent-ils rapidement ? Quel est le prix moyen du mètre carré pour ceux-là ? Les réponses à ces interrogations vous permettront d’avoir une idée plus claire de votre futur investissement.

En effet, il est important de s’assurer de pouvoir revendre son logement, éventuellement en réalisant une plus-value. Pour cela, choisissez une habitation sans défauts importants comme une toute petite cuisine, un environnement bruyant ou une isolation de mauvaise qualité. Renseignez-vous sur les travaux de développement du quartier : des aménagements urbains peuvent offrir une plus-value non négligeable.

 

Sous-estimer l’emplacement de son futur bien

La situation géographique demeure encore aujourd’hui l’un des critères cruciaux en matière de recherche immobilière, avec le prix. Cependant, elle s’avère finalement sous-estimée. Retenez le fameux dicton sur les 3 règles d’or de l’immobilier : la localisation, la localisation et la localisation ! Le prix varie en effet de 10 à 20 % selon les quartiers d’une grande ville.

Opter pour une localisation « cotée » vous offrira un gage de sécurité pour l’avenir. Mais, dans l’immédiat, certaines questions importantes doivent aussi se poser : la sécurité, l’exposition au soleil, la vue ou encore le calme. Ainsi, visitez le quartier, de jour comme de nuit, renseignez-vous sur les travaux à venir afin de ne pas vous retrouver avec une grue comme voisine ou encore prêtez attention aux bruits ambiants. Si ces aspects vous paraissent dérisoires maintenant, ils seront la source de votre bien-être pour les années à venir.

 

Consultez les annonces immobilières actuellement en ligne et créez une alerte pour ne passer à côté d’aucun bon plan !

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter.